barometre de l'evolution professionnelle 2022

Les salariés de plus en plus enclins à une évolution professionnelle dans un contexte pourtant
marqué par une double-préoccupation : le pouvoir d’achat et la sécurité de l’emploi

Le Réseau EVA, opérateur du conseil en évolution professionnelle des actifs occupés, publie la 3ème
édition de son baromètre sur la perception de l’évolution professionnelle. Menée par l’IFOP, l’enquête
souligne que plus de la moitié des salariés (55%) ont connu une évolution professionnelle au cours des
3 dernières années. Ces scores sont en nette progression par rapport à 2021 (+9 points ) et même en
progression constante depuis 2020 (+14 points). Parallèlement à ce phénomène, les salariés sont 65%
(+8% par rapport à 2021) à envisager une évolution professionnelle au cours des 2 prochaines années.

L’impact des actualités macro-économiques sur les projets d’évolution professionnelle en 2022

Cette 3ème édition du baromètre dévoile les préoccupations des salariés au regard de la conjoncture
actuelle : 63% d’entre eux se montrent inquiets quant à l’impact d’une nouvelle épidémie sur leur
situation professionnelle et 55% au regard de la guerre en Ukraine.
Leur préoccupation majeure réside notamment autour du pouvoir d’achat puisque ce sujet inquiète 75%
des salariés et indépendants interrogés. Cette inquiétude transparait alors dans la perception de ce
qu’est l’évolution professionnelle, qu’ils associent directement à une augmentation de la rémunération
(32%).
Enfin, 65% des répondants veulent évoluer professionnellement au cours des 2 prochaines années
principalement motivés par le souhait d’un meilleur salaire et 93% considèrent même que le salaire est
le premier déterminant ou important de leur projet d’évolution.

Projection de l’évolution professionnelle par les salariés : évoluer avant tout dans le même
secteur et la même entreprise

La volonté d’évolution des salariés s’inscrit majoritairement dans la continuité de leur parcours
professionnel et s’entrevoit dans le même secteur d’activité voire dans la même entreprise.
66 % déclarent préférer évoluer au sein même de leur entreprise, alors qu’ils ne sont que 28 % à
l’envisager en changeant d’entreprise, ou encore 6% en quittant le salariat.

« Cette tendance rejoint les constats pratiqués par les opérateurs du Réseau EVA. Les salariés envisagent dans un premier temps à évoluer au sein de leur entreprise ou du moins dans le même secteur. A une période où les employeurs connaissent des tensions fortes sur le marché de l’emploi, il
apparaît plus que jamais opportun d’être attentif aux souhaits et expressions des salariés pour répondre à des intérêts conjoints de professionnalisation. Le conseil en évolution professionnelle est un outil intéressant et complémentaire à l’entretien professionnel pour concrétiser les réflexions des salariés sur ces questions ».

Sophie Clamens, Déléguée Générale de la Fédération Nationale des CIBC, représentante du Réseau EVA au niveau national.

Ces signaux peuvent être interprétés comme une volonté de tendre vers plus de stabilité.
D’ailleurs, ils sont corroborés par d’autres motivations chez les actifs envisageant une évolution
professionnelle parmi lesquelles :

  • Le fait d’obtenir une charge de travail plus raisonnable semble constituer un enjeu déterminant
    dans les envies d’évolution pour 73 % des salariés
  • Le fait de se voir confier de nouvelles missions pour 76 % des salariés
  • La possibilité de faire davantage de télétravail reste un facteur important pour 47% des salariés.
  • L’envie de se dépasser et de se confronter à un nouveau défi (41% des actifs).

Les salariés sont également plus nombreux cette année à s’estimer bien informés et bien accompagnés sur le sujet de l’évolution professionnelle

La connaissance du service du conseil en évolution professionnelle augmente significativement depuis
l’année dernière (53% des interrogés déclarent le connaître au moins de nom, soit +20 points que 2021).

Signe de progrès encourageants, les salariés constituant le cœur de cible sont 68 % à se déclarer bien
informés. Ce score est en progression constante depuis 2020, passant de 45% à 55% en 2021 et à +13
points en 2022.

Retrouvez les résultats du baromètre sur le site de l’ifop