Les acteurs de la branche du travail temporaire

Prism’Emploi

Prism’Emploi promeut et représente la profession du travail temporaire, cette organisation professionnelle regroueant plus de 600 adhérents (6 000 agences).

AKTO

Akto a pour objectif de développer la formation et la qualification (en accompagnant le développement économique des territoires en accompagnant l’investissement formation des entreprises), développer l’apprentissage ( en soutenant l’alternance dans les secteurs qui recrutent) et de développer et sécuriser l’emploi (en permettant l’insertion des demandeurs d’emploi et en accompagnant vers l’emploi durable en appui des ingénieries emploi des Agences d’emploi).

FASTT

Le FASTT est la plateforme sociale des intérimaires qui permet de faciliter la mobilité, l’accès au logement et  à l’emploi (garde d’enfant, santé, assistance sociale, …), de sécuriser l’accès au crédit et d’améliorer la vie quotidienne des intérimaires.

FPETT

Le FPE-TT est le fonds professionnel pour l’emploi de la branche du travail temporaire. Cet organisme a pour mission de contribuer au maintien de l’employabilité des salariés intérimaires et à la sécurisation de leurs parcours professionnels à travers le financement d’actions visant le développement des compétences, l’accès à l’emploi et le maintien dans l’emploi.

Les dispositifs de formation

Le CPF – Compte personnel de formation

Le compte personnel de formation s’alimente automatiquement ; à hauteur de 500€ par an pour les salariés (au moins à mi-temps) dans la limite de 5 000€, et de 800€ par an pour les bénéficiaires de l’OETH et les salariés peu qualifiés, dans la limite de 8 000€.

Parmi les formations éligibles, on retrouve : les actions de formation « certifiante » (inscrites au RNCP ou au répertoire Spécifique), les acccompagnements VAE, les bilans de compétences, le certificat CléA, les formations au code de la route et aux permis de conduire, et enfin les accompagnements et conseils afin de créer ou reprendre une entreprise.

Si vous souhaitez réaliser votre formation sur votre temps de travail : vous devrez adresser une demande d’autorisation d’absence à votre employeur, qui pourra refuser sans justification obligatoire. Si votre employeur accepte, les heures de formation constitueront un temps de travail effectif et donneront lieu au maintien de votre rémunération. Concernant la prise en charge, la Caisse des dépôts ne finance que le coût pédagogique, à hauteur des droits acquis sur votre compte. Il n’y a pas de prise en charge du salaire, ni des frais annexes.

Si vous ne disposez pas d’assez d’euros sur son compte, vous pouvez cofinancer vous-même, ou étudier les possibilités d’abondements : avec votre employeur (abondements volontaires et Abondements « subis »), grâce au C2P (Compte Professionnel de Prévention (ex-pénibilité)), à l’Assurance maladie (uniquement pour les victimes d’un accident du travail ou maladie professionnelle) ou avec Pôle Emploi (pour les demandeurs d’emploi).

Focus sur l’abondement C2P

Cet abondement permet aux salariés exposés à des facteurs de risques professionnels d’acquérir des « points ». La conversion des points acquis en euros permet de cofinancer un projet de formation dans le cadre du CPF afin d’accéder à un emploi moins ou non exposé. Les formations éligibles sont celles visant à « accéder à un emploi non exposé ou moins exposé aux facteurs de risques professionnels ». Cette éligibilité est contrôlée par un CEP. 1 point = 375€

En savoir plus sur l’abondement C2P, cliquez sur ce lien

Focus sur l’abondement de l’Assurance Maladie

Ce dispositif est spécifique aux victimes d’un accident du travail ou d’une maladie professionnelle ayant débouché sur un taux d’incapacité permanente minimal de 10 %. La somme peut aller jusqu’à 7 500€ en une ou plusieurs fois.

Le projet de transition professionnelle

L’objectif du dispositif PTP est de suivre une formation certifiante, sur temps de travail ou hors temps de travail, en vue d’un changement de métier ou de profession. Les formations certifiantes sont les suivantes : celles Inscrites au Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP), au Répertoire Spécifiques (RS) ou celles éligibles au Compte Personnel de Formation (CPF)

Le PTP s’adresse à TOUS les salariés du secteur privé (en CDI-CDD-Intérimaires et intermittents). Sous réserve que vous justifiez d’une ancienneté minimale en qualité de salarié à savoir :

  • CDI : 24 mois d’activité salarié, dont 12 mois dans l’entreprise actuelle
  • CDD : 24 mois d’activité dans les 5 dernières années, dont 4 mois en CDD dans les 12 derniers mois
Quelques particularités existent pour les salariés des agences de travail temporaire

Les Intérimaires doivent justifier de 1600h d’ancienneté dans le travail temporaire (toutes missions confondues) au cours des 18 derniers mois, dont 600h dans l’entreprise de travail temporaire actuelle. La demande de PTP doit être réalisée au plus tard dans les 4 mois qui suivent la dernière mission. La formation doit démarrer au plus tard dans les 6 mois qui suivent la dernière mission. Les personnes justifiant d’un CDI Intérimaires sont sujettes aux mêmes conditions que les intérimaires à la différence que les périodes d’intermissions sont prises en compte dans le calcul de l’ancienneté. La demande de PTP est réalisée pendant le contrat. Dès lors que la formation se déroule sur le temps de travail, le salarié doit obtenir une autorisation d’absence.

Si vous êtes employeur…

La demande d’absence doit parvenir par écrit au moins 120 jours avant le début de la formation lorsque la réalisation de celle-ci entraîne une interruption continue de travail d’au moins six mois; ou au moins 60 jours avant le début de la formation (si l’absence est de moins de 6 mois ou à temps partiel). Vous disposez de 30 jours pour donner une réponse écrite et motivée. Il vous ai possible de refuser le congé si : le salarié ne justifie pas des conditions d’ancienneté, le délai de prévenance n’a pas été respecté, ou la demande d’absence ne précise pas les informations obligatoires (dates, durée…). Vous pouvez également différer le congé jusqu’à 9 mois maximum, si vous estimez que l’absence du salarié pourrait porter préjudice à l’entreprise (et après avis du CSE s’il existe), ou afin de ne pas dépasser un certain pourcentage de salariés absents simultanément au titre du PTP

Les dispositifs spécifiques pour les intérimaires

Le contrat d’Alternance de Reconversion (CAR) est pour les salariés intérimaires reconnus en Maladie Professionnelle et/ou suite à un accident du travail et dure maximum 12 mois.

Le contrat de Développement Professionnel Intérimaire (CDPI) permet aux intérimaires peu ou pas qualifiés une formation en vue d’obtenir une 1ère qualification, d’améliorer votre employabilité en vous permettant d’accéder à des missions plus qualifiées ou à des emplois permanents, et de renforcer la maîtrise des savoirs de base.

Le contrat d’Insertion Professionnelle Intérimaire (CIPI) a pour but de proposer à des publics en insertion ou reconversion, une formation permettant d’accéder à l’emploi via l’acquisition de compétences métiers et/ou de savoirs de base; et de répondre aux besoins spécifiques en construisant un parcours de formation et de développement des compétences individualisé.

Le bilan de reconversion a pour objectif de travailler sur sa réorientation professionnelle, pendant ou après un arrêt de travail.

Le contrat de Professionnalisation permet d’obtenir un diplôme inscrit au RNCP et/ou CQP, CCN et dure en moyenne de 6 à 12 mois.

Le contrat d’Apprentissage permet aux jeunes de 16 à 29 ans, d’obtenir un diplôme ou d’un titre enregistré au RNCP.

Pour prendre-rendez-vous avec votre Conseiller en Evolution professionnelle :

💻 https://www.mon-service-cep.fr/
📞 09 72 01 02 03

Vous souhaitez participer aux autres webinaires des Lundis du CEP, cliquez-ici !